Skip to main content
UL/CéRéMONIE D’OUVERTURE COLLOQUE ‘‘Sépultures, deuils et incarnations’’

UL/CéRéMONIE D’OUVERTURE COLLOQUE ‘‘Sépultures, deuils et incarnations’’

L’Auditorium de l’Université de Lomé a servi de cadre ce lundi 1er février 2021 pour la cérémonie d’ouverture du Colloque International dont le thème est : Sépultures, deuils et incarnations : la question du corps, d'Antigone à Covid-19, une approche inter/trans disciplinaire. Cette rencontre scientifique est organisée par le CODIREL (FLLA/UL), en collaboration avec la structure de recherche ELLIADD de l'Université Bourgogne Franche-Comté (France). Des écrivains, artistes, enseignants et étudiants n’ont pas manqué cette opportunité de réfléchir sur la question de la mort.

cidirel

La cérémonie a été présidée par le Professeur Komlan Essizewa, Doyen de la Faculté des Lettres, Langues et Arts. Elle a été marquée par une leçon inaugurale donnée par l’écrivain togolais, dramaturge Kossi Efoui autour du thème ‘‘Convoquer les morts et les vivants’’. Pour l’auteur togolais, il ne serait pas utile pour la recherche de maintenir la ligne classique de démarcation entre le monde physique et le monde invisible car ce serait retirer à la science son caractère de sensibilité.

cidirel

En outre, il s’avère indispensable d’appréhender à nouveau la définition de la matière car tellement de choses échappent à l’entendement humain. Le conférencier a également insisté sur la nécessité de trouver des solutions en vue d’offrir aux disparus, des sépultures, gage de tranquillité des défunts et donc de la société. En effet, l’expérience a montré que si l’on ne donne pas de sépultures aux morts, ils ne partent pas mais restent là à hanter les vivants, et la confusion n’aura pas de fin. Pour illustrer cette idée, un extrait du spectacle en création ‘‘Les Antigone ou la tragédie des corps’’ a, ensuite, été présenté au public. Ledit spectacle est l’œuvre de quatre troupes venues de France, du Burkina-Faso, du Bénin et du Togo.

cidirel

 

cidirel

L’idée du présent colloque est née d’un projet théâtre intitulé « Antigone ou la tragédie des corps dispersés.» Dans un monde récemment en proie au Covid-19, une interdiction des funérailles repose avec acuité la question de la dureté de la loi, même si elle se déclare protectrice des habitants. Faire le deuil est primordial dans la reconstruction de l’identité d’un individu, d’une société. C’est ainsi que le metteur en scène Gaëtan Noussouglo, doctorant à l’Université de Franche-Comté et le dramaturge Kossi Efoui, (Prix des cinq continents, d’Amadou Kourouma et Gand prix littéraire d’Afrique Noire) décident de relire Antigone sous l’angle particulier de la question des corps dispersés, privés de sépulture. Ce colloque international cherche à convoquer le maximum de disciplines pour tenter d’ouvrir des voies nouvelles à une réflexion sur le corps et ses représentations.

cidirel

Durant ces trois jours, les travaux porteront sur deux principaux axes, à savoir Les corps et la présence dans le théâtre et Cadavres, funérailles dans les rituels (approche comparée). Ce colloque transdisciplinaire s’inscrit fondamentalement dans la démarche de recherche-création, au sens ou le processus de production d’une œuvre théâtrale intègre un volet important d’enquêtes et de recherches. Les activités et échanges se poursuivront en ateliers jusqu’au mercredi 3 février à l’Agence Nationale de la Francophonie à Tokoin SOTED. Rappelons que la FLLA ouvre cette année académique un Master professionnel intitulé ‘‘Théâtre éducation.’’