Skip to main content
Sécurité sous régionale et bonnes pratiques en période de COVID-19 : une délégation de l’état-major  de l’armée de la République Fédérale du Nigéria à l’école de l’expérience togolaise

Sécurité sous régionale et bonnes pratiques en période de COVID-19 : une délégation de l’état-major de l’armée de la République Fédérale du Nigéria à l’école de l’expérience togolaise

 

Une délégation de l’école de l’état-major de la République Fédérale du Nigéria séjourne en terre togolaise du 15 au 25 mai 2021 dans le cadre d’un voyage d’études placé sous le thème : « Efforts nationaux pour une meilleure sécurité  régionale : la COVID-19 en perspective ».  Dans le cadre de cette visite, s’est tenue à l’université de Lomé, une conférence-débats sur le thème évocateur, « Le Togo devant les défis sécuritaires collectifs de l’espace CEDEAO ». Ont pris part à cette conférence, des membres du  gouvernement, des autorités universitaires, des responsables administratifs, civils et militaires, des  enseignants chercheurs et des étudiants, et la délégation de l’école  de l’état-major de la république fédérale du Nigéria, conduite par un détachement d’officiers des Forces Armées Togolaises. Les échanges issus de cette conférence ont offert l’occasion aux officiers de l’armée nigériane d’apprécier les actions et les efforts du gouvernement togolais dans  la lutte contre la pandémie de la COVID-19 dans un contexte sous régional marqué par le terrorisme et l’extrémisme violent.

conf fat

Dans son élocution, le Président de l’université de Lomé, le professeur Dodzi Komla Kokoroko, a rappelé le rôle historique joué par le Togo et le Nigéria dans la création de l’organisation sous régionale, la CEDEAO. Il a ajouté que de par sa position stratégique et  son activisme  en matière de participations aux opérations de maintien de la paix, le Togo se distingue par une mise en œuvre exemplaire du chapitre VIII de la charte de l’ONU. Selon le Président de l’université de Lomé, les réformes opérées par le gouvernement qui ont abouti à l’adoption de la loi de programmation militaire, offrent au pays une réponse appropriée à la menace sécuritaire. Parce que le tout sécuritaire ne résout pas tout et que les meilleurs officiers sont toujours les produits des universités, l’université de Lomé s’honore d’abriter cette conférence afin d’offrir à l’élite de l’armée des deux pays, des analyses fines d’universitaires qui pourraient être intégrées dans les réflexions et les approches qui tendent à la mise en place d’une stratégie de lutte coordonnée et inclusive contre la menace sécuritaire dans l’espace CEDEAO, a-t-il conclu.

  

conf fat

Abordant le thème de la conférence: «  Le Togo devant les défis sécuritaires  collectifs de l’espace CEDEAO », le facilitateur, Monsieur Ekoué Folly Gada, enseignant chercheur  à l’Université de Lomé, a centré ses propos sur les trois axes essentiels à savoir la déstabilisation de la Lybie,  la crise sécuritaire au Burkina Faso et la situation  géopolitique du Togo. Pour le conférencier, la crise libyenne a des ramifications sur toute la bande sahélienne et dans plusieurs pays de la sous-région, le mali, le Niger, le Burkina Faso, le Nigéria et le Tchad. Elle  favorise la circulation des armes dans ces pays et entretient des mouvements de déstabilisation des institutions régulièrement établies. Ces pays subissent quotidiennement des attaques terroristes. Quant au Burkina Faso, il fait face à un défi sécuritaire depuis le départ du pouvoir du président Blaise Compaoré. Face à ce déficit sécuritaire sous régional, le Togo, conscient de sa position géostratégique, a pris la mesure de l’enjeu en adoptant des initiatives à l’interne mais aussi à l’échelle régionale pour faire face efficacement à la menace terroriste.

conf fatconf fat

Monsieur Folly Gada a exhorté  les responsables politiques et les hommes en charge de la sécurité à des actions concertées afin de venir à bout du terrorisme  dans la sous-région. Il pense pour sa part, qu’au-delà du volet économique, l’espace CEDEAO doit davantage s’investir pour penser en commun, la sécurité collective.

Les riches échanges qui ont suivi la communication de monsieur Gada ont permis à la délégation nigériane de s’imprégner davantage de « l’approche Togo » dans la double riposte à la menace sanitaire et sécuritaire. Les officiers togolais pour leur part ont donné plus d’amples détails sur l’impact positif des mesures prises par le gouvernement auprès de la population. Le représentant de la délégation de l’armée nigériane a exprimé sa satisfaction au gouvernement à traverss les Forces Armées Togolaises. Il a remercié le Président de l’université de Lomé pour l’accueil et la tenue de la conférence qui s’est terminée par un échange de cadeaux entre l’université de Lomé et la délégation de l’école de l’état-major de l’armée de la République Fédérale du Nigéria.

conf fat

Cette conférence qui rappelle le rôle important joué par le Togo en matière du maintien de la paix dans plusieurs pays africains dans le cadre des missions des nations unies, remet au goût du jour le projet de création d’un Institut d’Etudes Stratégiques sur la Paix et la Sécurité au Togo. Vivement que ce projet aboutisse pour que toute l’expertise acquise, serve à renforcer un peu plus, les capacités des acteurs qui œuvrent  à l’avènement d’un monde de paix et de stabilité.