Skip to main content
La fédération des universitaires d’Afrique (FUAf) en réflexion sur la COVI-19 à l’Université de Lomé

La fédération des universitaires d’Afrique (FUAf) en réflexion sur la COVI-19 à l’Université de Lomé

 

« Représentations de Covid-19, de ses impacts socio-économiques et psychologiques en Littératures et en Sciences Humaines », est le thème qui meuble deux jours de réflexion, du 17 au 18 juin 2021, à l’auditorium de l’Université de Lomé, des enseignants chercheurs des universités du Togo et ceux des universités sœurs du Benin et du Burkina Faso, membres de la fédération des universitaires d’Afrique (FUAf).

La fédération des universitaires d’Afrique (FUAf) en réflexion sur la COVI-19 à l’Université de Lomé  « Représentations de Covid-19, de ses impacts socio-économiques et psychologiques en Littératures et en Sciences Humaines », est le thème qui meuble deux jours de réflexion, du 17 au 18 juin 2021, à l’auditorium de l’Université de Lomé, des enseignants chercheurs des universités du Togo et ceux des universités sœurs du Benin et du Burkina Faso, membres de la fédération des universitaires d’Afrique (FUAf).

La crise sanitaire du coronavirus et le confinement représentent un choc majeur sur notre société dont l'organisation est bouleversée. La psychose est ainsi grande dans le monde et les projections les plus catastrophiques annoncées. « La vérité, c’est que personne ne peut dire à l’heure où nous sommes, comment l’épidémie se déroulera et qu’est-ce qui en sortira. Et c’est peut-être le propre de cette Covid-19 de nous ramener à cette vérité selon laquelle au fond, une grande partie de l’histoire de l’humanité est faite d’imprévus ». Ce sont ces incertitudes qui vont faire l’objet d’échanges et discussions au cours de ces deux jours.

La fédération des universitaires d’Afrique (FUAf) en réflexion sur la COVI-19 à l’Université de Lomé  « Représentations de Covid-19, de ses impacts socio-économiques et psychologiques en Littératures et en Sciences Humaines », est le thème qui meuble deux jours de réflexion, du 17 au 18 juin 2021, à l’auditorium de l’Université de Lomé, des enseignants chercheurs des universités du Togo et ceux des universités sœurs du Benin et du Burkina Faso, membres de la fédération des universitaires d’Afrique (FUAf).

Présidant l’ouverture des travaux, au nom du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, madame Ama Dzifa GAMETI, directrice de cabinet, s’est réjouie de la tenue des présentes journées de réflexion et a invité les participants à un travail de qualité afin de proposer des solutions novatrices à la riposte contre la pandémie, car le thème n’est pas anodin. Les travaux de ladite journée de réflexion vont concerner plusieurs axes de la pandémie notamment : « les représentations de COVID-19 en Littératures et en Sciences Humaines » ; « les impacts socio-économiques de COVID-19 » ; « la COVID-19 et psychose sociale » ; « la COVID-19 et perception culturelle » ; « la Littérature et post-COVID ».

La fédération des universitaires d’Afrique (FUAf) en réflexion sur la COVI-19 à l’Université de Lomé  « Représentations de Covid-19, de ses impacts socio-économiques et psychologiques en Littératures et en Sciences Humaines », est le thème qui meuble deux jours de réflexion, du 17 au 18 juin 2021, à l’auditorium de l’Université de Lomé, des enseignants chercheurs des universités du Togo et ceux des universités sœurs du Benin et du Burkina Faso, membres de la fédération des universitaires d’Afrique (FUAf).

Le 1er vice-président, le professeur  Komlan Batawila, la présidente du comité d’organisation des journées de réflexion, madame le professeur Koutchoukalo Tchassim ont tous salué la tenue cette rencontre à l’Université de Lomé et ont souhaité que  les  discussions permettent non seulement de mettre en lumière la perception de la pandémie, son impact sur l’individu et son environnement social au travers des productions littéraires soumises à des interrogations épistémologiques, mais aussi recueillir des témoignages, des points de vue des spécialistes de la santé mentale, corporelle et ceux des sociologues.