Aller au contenu principal

LA COMUL EN CONFÉRENCE DE PRESSE : DÉBUT DES ESSAIS CLINIQUES SUR LES HUMAINS À PARTIR DE PHYTOMÉDICAMENTS

Trois mois après sa mise sur pied, la Commission de l’Université de Lomé contre la pandémie de COVID-19 (COMUL-19) a présenté ce 1er juillet 2020 les premiers résultats tangibles de ses recherches aux professionnels des médias nationaux et internationaux à la salle Ahadzi de l’Université de Lomé. Face aux allures dubitatives exprimées de part et d’autre au sujet de la pertinence et de l’efficacité de la COMUL, l’Université de Lomé est aujourd’hui fière de présenter des travaux qui sont à la hauteur de la compétence et de l’engagement des membres de ladite Commission.

Le Professeur Kouami Kokou, Président de la Commission, a d’abord présenté tout l’arsenal mis en œuvre depuis la création de la COMUL en termes de communication pour informer et rassurer la population togolaise, mais aussi en termes de production de masques, de solutions hydroalcooliques, et de respirateurs en phase de tests cliniques. Ensuite, le Professeur Kokou a annoncé avec un réel plaisir que suite à des tests in vitro et ceux in vivo sur des animaux, et grâce à la collaboration avec des praticiens de la médecine traditionnelle du Togo, la Commission  de lutte contre la pandémie passera bientôt aux tests sur les humains à base de molécules provenant des plantes. Il faut noter qu’après être passés par le filtre du Comité national de bioéthique qui a donné son aval, quatre phytomédicaments ont été identifiés comme pouvant véritablement agir sur l’immunité de l’organisme humain. Il s’agit de Imunitum, de Immu-Top, de Secure et de Biocire. L’association Hydrocychloroquine + Azithromycine sera utilisé comme le traitement de référence en vue de comparer l’efficacité des quatre phytomédicaments sur le plan clinique et virologique.

La COMUL en conférence de presse : début des essais cliniques sur les humains à partir de phytomédicaments

 

Prenant la parole au nom des spécialistes biologistes et cliniciens, le Professeur épidémiologiste Didier Koumavi Ekouévi a décrit avec précision les différentes étapes qu’ont suivi jusqu’à ce jour les molécules retenues sur la centaine proposée par les tradithérapeutes aux membres de la Commission. Il a tenu à rappeler que les prochains essais se feront sous l’œil vigilant du Comité national de bioéthique dirigé par le Professeur Mireille David dont l’expertise fait l’unanimité parmi les praticiens. Ces tests débuteront le 1er septembre 2020 sur 250 patients âgés d’au moins 18 ans, en conformité avec l’âge légal requis pour exprimer le consentement individuel qu’implique la procédure. Chaque patient sera suivi avec la plus grande rigueur sur une durée de 28 jours. Le rapport scientifique suite aux tests cliniques sont attendues au 15 avril 2021. Le Président de la commission nationale de riposte contre la Covid-19 et Doyen de la Faculté des sciences de la santé, le Professeur Majesté Ihou Watéba, a saisi l’opportunité pour éclairer les journalistes afin d’éviter tout doute et toute incompréhension : « Le Togo n’a pas trouvé de remède contre le coronavirus mais des phytomédicaments identifiés comme des immuno-stimulateurs susceptibles d’aider l’organisme à se défendre contre une attaque du COVID-19.»

La COMUL en conférence de presse : début des essais cliniques sur les humains à partir de phytomédicaments

 

Le Président de l’Université de Lomé, le Professeur Dodzi Komla Kokoroko, a salué en toute confiance la responsabilité des enseignants chercheurs et chercheurs du Togo pour le travail remarquable qu’ils ont abattu. Il a rappelé la complémentarité très bénéfique liée à l’interdisciplinarité de la Commission. Il a remercié le Comité de bioéthique, les tradithérapeutes, les journalistes et les enseignants-chercheurs pour la franche collaboration et leur patience. Pour le Professeur Kokoroko, l’UL et la République peuvent être fières des résultats obtenus par cette commission. Il a, enfin, promis soutenir la COMUL dans la recherche des fonds nécessaires à la poursuite de ses travaux.

Les résultats de formulation de molécules actives à base de plantes place ainsi l’UL sur une voie d’efficacité et d’assurance dans le domaine de la recherche. La collaboration entre la recherche scientifique et la phytothérapie se poursuivra à l’avenir pour faire face à d’autres maladies pour le plus grand bien de la population togolaise et pour le progrès et le changement.

La COMUL en conférence de presse : début des essais cliniques sur les humains à partir de phytomédicaments

 

La COMUL en conférence de presse : début des essais cliniques sur les humains à partir de phytomédicaments