Skip to main content
Conférence publique à l’UL : la restitution des biens culturels du Togo en Allemagne !

Conférence publique à l’UL : la restitution des biens culturels du Togo en Allemagne !

Le débat sur la restitution des biens culturels africains en Europe a franchi l’étape du tabou et se pose désormais en termes des modalités de sa mise en œuvre. A l’Université de Lomé, une conférence organisée le 22 mars 2022, a permis aux universitaires de questionner le cas du Togo auprès de son ex-colonisateur, l’Allemagne.

« La question de la restitution des biens culturels du Togo en Allemagne : bilan à mi-parcours d’un projet de recherche », tel est le thème de la conférence d’actualité de ce mois de mars, animée par Dr Kokou Azamede, Maître de Conférence en germanistique au Département d’Allemand de la Faculté des Lettres, Langues et Arts », sous la modération du Professeur Dotse Yigbe, vice-doyen à la FLLA.  Dans son exposé, le Conférencier a indiqué que le contact de l‘Europe avec l‘Afrique, a été à l’origine d‘activités insoupçonnées dont les plus manifestes furent généralement les échanges commerciaux, l’exploitation économique des colonies, l’agression des valeurs culturelles locales africaines. La collecte d’objets d’art s’inscrivait dans un vaste plan idéologique de pillage de biens culturels et d’extermination de la civilisation des peuples africains.

Abordant la question de la restitution, l’orateur a fait savoir que la terminologie ‚‘‘Restitution“ est d‘actualité et plus répandue dans le cadre des revendications des biens culturels des communautés des anciennes colonies africaines. Elle suppose que ces biens sont collectés dans un contexte colonial sous des formes de spoliation, de butin de guerre, de saisie dans un rapport de force, d‘achat à vil prix ou de corruption et de cession illégale. Il s’est en outre demandé, pourquoi restituer? À qui restituer? Comment restituer?

La réponse à ces trois questions par l’orateur a ouvert un débat très animé par le public parmi lequel on notait la présence du 1er vice président de l’UL, le professeur Komlan Batawila, le directeur de la recherche et de l‘Innovation, le professeur Koffi Nutefé Tsigbé, le président honoraire de l’UL, le professeur Nicoué Gayibor, une délégation de l’Assemblée nationale et du représentant du ministre de la culture et du tourisme. Des doyens et des directeurs, des enseignants et étudiants… ont également pris part à cette conférence dont la substance est le résultat de plusieurs travaux de recherche, en occurence, celui du Conférencier. Les échanges ont notamment porté sur la définition de biens culturels, les moyens de conservation des biens  ou des musées au Togo, la valeur économique des biens spoliés, la présence des biens culturels togolais outre qu’en Allemagne, comme la Suisse, l’Ecosse et la Slovénie,  etc.  

Pour rappel, la conférence d’actualité, est une initiative originale de la Direction de la Recherche et de l’Innovation de l’Université de Lomé qui se tient chaque mois. Le rendez-vous est donc pris pour le mois prochain.