Skip to main content
COLLOQUE INTERNATIONAL / APPEL à COMMUNICATIONS

COLLOQUE INTERNATIONAL / APPEL à COMMUNICATIONS

Comme tous les conflits armés de ce type, la crise russo-ukrainienne met au défi l’ordre international, en l’occurrence l’ordre européen. Ce conflit marque à bien des égards un nouveau tournant dans les relations internationales. Depuis le 24 février 2022, à l’instar de l’invasion de la Géorgie en 2008, la Russie de Vladimir Poutine a pris d’assaut l’Ukraine. Qualifié d’« opération militaire spéciale » par le Président russe, cette intervention militaire viserait à « démilitariser » et « dénazifier » le pays voisin et protéger les habitants des deux Républiques sécessionnistes de Donetsk et de Lougansk, dont la maîtrise échapperait depuis des années au contrôle du gouvernement de Kiev. Il va sans dire que l’intervention militaire dont les causes immédiates remontent à 2014, prend de court l’ensemble de la communauté internationale. Quoi qu’il en soit, même si la réussite de l’opération marquerait une reconfiguration inédite de l’ordre européen, elle n’en demeurerait pas moins un précédent « dangereux » pour le nouvel ordre mondial. A ce titre, elle soulève d’importantes questions de droit international public, spécialement de droit international humanitaire, de (géo)politique, de (géo)stratégie, de philosophie, de sociologie etc. :

Quel avenir pour le droit international public ? Quel avenir pour la souveraineté de l’Ukraine ? Quelle place pour la Russie poutinienne dans le monde ? Quelle influence de la guerre sur les règles qui gouvernent l’emploi de la force dans les relations internationales ; le droit humanitaire ; l’occupation militaire, la responsabilité pénale des individus ? Se dirige-t-on vers une crise économique mondiale, un conflit nucléaire ou une troisième guerre mondiale ? Un dénouement pacifique peut-il en être envisagé ? Pour répondre à ces interrogations, le colloque initié par le Centre de droit public (CDP) de l’Université de Lomé invite juristes, (géo)politologues, historiens, sociologues, philosophes, journalistes, sociétés civiles, partis politiques, à croiser les regards pour analyser et saisir les tenants et les aboutissants d’une crise dont la nature et le genre ne peuvent échapper à une opération de qualification.

Pour plus d'informations, consulter le fichier attaché.

Fichier