Soumis par direcoop le lun, 12/18/2017 - 16:15

L’UNIVERSITÉ DE LOMÉ A CÉLÉBRÉ LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES MIGRANTS 2017 PAR UNE TABLE-RONDE

UL-OIM

Le drame des migrants vendus aux enchères en Libye et révélé par une vidéo sur CNN, les incessantes dérives de navire de fortune faisant des morts par centaines, les camps de migrants en Italie et leur lot de situation humanitaire déplorable… autant de sujets et actualités dont le traitement est devenu quotidien dans les médias.

Le 18 décembre de chaque année, la communauté internationale célèbre la journée des migrants. Cette année, le thème choisi est ‘‘migrations sans danger dans un monde qui bouge’’. Pour marquer l’évènement, l’Université de Lomé a organisé une table ronde le lundi 18 novembre 2017. La rencontre qui a eu pour cadre l’auditorium de l’UL a rassemblé des universitaires, des  représentants de la société civile et d’organismes, ainsi que de nombreux étudiants.

Après une brève introduction du modérateur, Dr Joseph TSIGBE, Maître de Conférences d’histoire contemporaine à l’Université de Lomé, pour situer le cadre de la rencontre, chacun des panelistes est intervenu sur un aspect spécifique du thème central ‘‘les migrants africains dans le monde : itinéraires, déboires et perspectives’’.

Dr Edinam KOLA, Maître de Conférences de géographie humaine, et Dr EKOUE ont exposé sur les ‘‘migrations clandestines et drames migratoires des africains vers l’Europe, état des lieux’’. Le premier mettant en exergue les pesanteurs démographiques ou socio-politiques comme facteurs endogènes. Dr EKOUE pour sa part est revenu sur des histoires vécues en Italie avec des vidéos à l’appui pour montrer le caractère inhumain de certains camps, la désolation que vivent les africains souvent coincés entre le désir de retour à la case départ, leur pays d’origine, et l’hypothétique espoir d’une régulation de situation.

‘‘Les Organisations de la société civile face au drame migratoire : quelles actions et quels résultats ?’’ est l’aspect sur lequel Pasteur Edoh KOMI du Mouvement Martin Luther King (MMLK) s’est appesanti. La réinsertion des migrants de retour au pays, le plaidoyer auprès des autorités pour des actions envers les compatriotes togolais en situation de détresse dans des pays du Golfe, ou encore la sensibilisation des concitoyens sur les destinations à risque, sont les actions que mènent le MMLK selon Pasteur Edoh KOMI.

M. Marco PELIGRINI, représentant de l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) s’est intéressé au rôle que joue son organisation face au drame migratoire. On retiendra que l’OIM est créée en 1951 et qu’elle œuvre pour la promotion des migrations ordonnées pour le bénéfice de tous. Il a pour finir délivré le message du Secrétaire général de l’OIM à l’occasion de la journée internationale des migrants. ‘Notre droit de passage doit se faire par un processus de migration sûre, pas à bord d’embarcations vétustes’’, William Lacy SWING. Plus loin, « alors que nous vivons une époque dans laquelle une élite privilégiée considère la mobilité mondiale presque comme un droit de naissance, de nombreuses autres personnes prises au piège dans des situations économiques dramatiques ou des conflits se voient privées de ce droit. »

En guise de conclusion du débat qui a suivi les exposés, Dr TSIGBE a retenu le message du Secrétaire général de l’ONU qui juge urgent de faire preuve de solidarité avec les migrants. « Les migrations existent depuis toujours. Et elles continueront à exister, à cause des changements climatiques, de l’évolution démographique, de l’instabilité, des inégalités croissantes, des marchés du travail et de la volonté de mener une vie meilleure. La réponse passe par l’instauration d’une coopération internationale qui aidera à encadrer les migrations de sorte que les bénéfices qu’elles apportent soient plus largement répartis et que les droits fondamentaux de toutes les personnes concernées soient protégés. » António GUTERRES, Secrétaire général de l'ONU.

UL OIM

 

Retenons aussi que le Directeur Général de l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE), M. Edmond AMOUSSOU, a participé aux débats par une contribution sur les thèmes de l’emploi des jeunes et des migrations professionnelles et sécurisées comme approche de solution à la crise migratoire.